Constriction ou restriction, le retour…

Alors que les bulles de champagne se sont tapissées de fines bicouches lipidiques de foie gras, en direction de votre cervelle embrumée par la privation de sommeil et les gueuletons interminables, Echocardioblog, n’écoutant que son courage, décide de vous réveiller.

Ce monsieur consulte pour dyspnée d’effort à 4 mois d’un remplacement valvulaire aortique par bioprothèse N°23, pour une bicuspidie sténosante.
La valve fonctionne parfaitement sur l’écho, l’angioscanner élimine une EP, mais le radiologue décrit un péricarde épais, dans ce contexte post-chirurgical.
L’échogénicité n’est pas fabuleuse, et je m’en excuse (même sur je n’ai que très peu d’influence sur la transsonorité des patients).

Voici les données de l’écho, (cliquez sur les vignettes pour lire les légendes).

Le VG en deux cavités ; (clic droit et « loop is on »)

Et dans la coupe dite de shtruimphleuytrgaoi (désolé, je fait ce que je peux…):

Alors, constriction ou restriction?
Que pensez vous de la mitrale?
Au boulot!

PS : Il est d’usage de vous souhaiter à nouveau une bonne année 2012 (surtout si ce doit être la dernière!).
PS 2 : J’ai enfin retrouvé le truc pour passer les vidéos en boucles, cette année commence très fort…

Share

Tags: , , , ,

6 Responses to Constriction ou restriction, le retour…

  1. mvbzh says:

    Meilleurs voeux, bonne année, bonne santé, bravo et longue vie à ce blog.

    Je me lance.

    Je suis plutôt en faveur d’une restriction :
    – atteinte de l’ensemble des parois, donc une variation de volume du VD n’influe pas sur le volume du VG, ce qui est le cas ici
    – Absence de variation du flux mitral avec la respiration
    – Flux mitral de type 2 faussement rassurant, l’onde L est censée signer une augmentation des pressions de remplissages
    – Onde E’ basse signant une atteinte du myocarde plus que du péricarde

    Ce qui m’ennuie, le myocarde n’est pas du tout hypertrophié, même pas un petit peu, l’oreillette gauche n’est que peu dilatée.

    Quant au flux veineux pulmonaire et au flux veineux sus hépatique, je ne m’en sers jamais, un petit rappel serait le bienvenue.

    Quant à l’étiologie, le terrain nous fait évoquer plutôt une constriction en raison de la péricardotomie.
    A t’on d’autre argument évocateur de maladie de surcharge ?

    A bientôt.

    • philippe says:

      Bonjour mvbzh, et merci pour ce commentaire. Il n’y a pas d’éléments cliniques pour une cardiopathie infiltrative. Par « restriction », j’entendais plutôt dysfonction diastolique et élévation des pressions des remplissages, mais le titre du post est effectivement un peu hasardeux… Le VG n’est pas si normal que cela, malheureusement les boucles ne sont pas de bonne qualité. Il n’est pas hypertrophié en basal, et le TM est normal, mais l’apex est la paroi latérale sont épaissis, et la mitrale est bizarre (j’insiste!).
      Pour le flux des VSH, il est identique (en miroir) au flux des veines pulmonaires, avec une onde S (en fait deux composantes S1 et S2 sur les VP), une onde D correspondant à l’aspiration des ventricules en diastole et une onde A « reverse » lors de la systole auriculaire. Indépendamment du cas de la fuite tricuspide, on peut obtenir une atténuation de S, voire un reflux dans la VSH, lorsque la POD est très élevée. Il existe ici un aspect en « w » avec en protodiastole un reflux entre l’onde S et l’onde D, qui serait plutôt un signe d’une péricardite constrictive.
      Les éléments sont donc discordants, reste à savoir jusqu’à quel point cet aspect en W est spécifique de la constriction…
      A bientôt!

  2. whiteshark says:

    Bonne et heureuse année 2012 avec de multiples boucles et incidences….

    Je pense:non pour une constriction au vue de la pod,pas assez d’argument pour la restriction.

    Au total:epaississement pericardique subaigue post op,frequent, avec conditions de charge hemodynamique modifiées sans argument certain en faveur de l’un ou de l’autre diagnostic.Le kt droit ne permettra pas a mon avis de trancher.je propose un traitement par diuretiques puis on reevalue la situation hemodynamique.
    Pour ce qui est de la mitrale est ce qu’il existe une im diastolique?
    a bientot

  3. whiteshark says:

    quel est le bnp,bon argument discriminant entre les 2 diagnostics?

    • philippe says:

      Ben, euh, c’est un examen demandé en externe, et je n’ai pas de BNP… (Aïe, j’ai honte d’un seul coup…). Je me renseigne auprès du collègue, et je répond au plus vite. Cependant,il s’agit d’une dyspnée d’effort, avec une PAPs normale. Dans ces conditions, en l’absence de dysfonction systolique, le BNP peut ne pas être très élevé.
      Bon, j’ai pas de BNP, mais j’ai l’IRM cardiaque! Je vous en recause très vite!
      Merci pour vos commentaires et à bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *