Archive for 30 novembre 2012

L’ischémie silencieuse ne le reste jamais très longtemps…

30 novembre 2012

Continuons à avancer dans le brouillard.
Je ne vous ai pas souvent montré d’échographie de stress.
Il y a plusieurs raisons à cela : l’interprétation “à froid”, quand on n’a pas réalisé soi-même l’examen, est difficile (même quand on a réalisé l’examen d’ailleurs!). La compression des boucles nécessaire pour être diffusées sur internet est telle que les images obtenues sont plus proches d’un happening d’art contemporain que d’un test d’ischémie myocardique.
Toutefois, compte tenu de la grande qualité de mon auditoire, je retente le coup.

Il s’agit donc d’un test de dépistage d’ischémie silencieuse chez un patient asymptomatique, diabétique de longue date, avec un test d’effort cliniquement négatif mais électriquement litigieux.
C’est une échographie dobutamine. Les mails de la comptabilité ayant une influence subliminale sur mes choix, je me suis senti, en dépit d’une visualisation moyenne de l’endocarde, de réaliser cet examen sans produit de contraste, tablant sur une amélioration de la qualité d’image au pic (erreur…).

Voici donc l’examen de repos :
Base 4 cavités :

base 4 from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Base petit axe :

base PA from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Pic 4 cavités :

pic 4 acv from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Pic petit axe :

pic PA from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Récup 4 cavités :

recup from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Récup petit axe :

recup PA from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

ATTENTION :
– regarder ces vidéos en boucle peut causer des dommages cérébraux irréversibles.
– La stimulation lumineuse intermittente peut déclencher l’épilepsie.
– Arrêter une vidéo avant de regarder l’autre peut aider à une meilleure qualité d’image.
– Prenez garde à l’ouverture des coffres à bagages (risque de chute d’objet).
– Ces vidéos contiennent des petits éléments qui peuvent être ingérés.

La question, comme toujours, est : “qu’en pensez vous ?”
Je précise que l’examen à déclenché une douleur angineuse, (l’ischémie silencieuse ne le reste jamais très longtemps…), et un sous décalage litigieux du ST.
C’est à vous!

Share

Dépôt de bilan

19 novembre 2012

Yara me confie cette demande d’échographie.

Faire le bilan d’une maladie non évolutive depuis plus de 5 ans n’est pas une tâche aisée, surtout lorsque la patiente ne se plaint de rien, ou (pire!) qu’elle dissimule ses symptômes derrière un ECG normal et un prétendue assurance de bonne santé.

Puisque cette écho s’est avérée normale, faisons vite une IRM!

Share

Purple Haze (2)

12 novembre 2012

Les bonnes réponses étaient donc 1,2 et 5:
1- L’artefact de réverbération. Star incontestée des pièges échographiques, c’est l’artefact qui mime un flap intimal dans une aorte dilatée, qui n’est en fait que la réverbération de la paroi antérieure de l’aorte.
« L’artefact de réverbération est un artefact lié à la réverbération d’une structure ulrasonore, généralement dense, et reconnaissable au fait que la distance entre l’artefact et la structure ultrasonore lui ayant donné naissance est égale à la distance entre cette structure et le capteur ultrasonore »
Dans ce cas, le capteur et la structure dense (ici la calcification paroi apicale) et la distance apex-artefact est identique, et les mouvements de l’un et de l’autre sont identiques, comme on peut le voir sur la coupe TM.

De façon assez amusante, en changeant de mode d’imagerie pour le mode contraste, l’artefact est encore plus évident (sur la première vidéo).

Cependant, la présence même d’une calcification apicale implique la présence un cône d’ombre qui peut masquer un thrombus, comme dans ce cas clinique.

On pourrait donc discuter :
– l’utilisation de produit de contraste, (pas d’irradiation, disponibilité immédiate, réponse rapide),
– un scanner cardiaque (qui renseignerait de plus sur l’anatomie coronaire et le perméabilité des pontages), mais cet examen est irradiant et nécessite une injection d’iode,
– ou une IRM, qui permettrait de quantifier l’étendue de la nécrose, (mais injection de Gadolinium et délais d’obtention entre 3 semaines et un siècle)

Bon, vous commencez à me connaître, voici donc ce que donne l’injection de contraste. La cavité VG est opacifiée par un nuage pourpre (d’où le merveilleux jeu de mot du titre), à l’exception du thrombus, qui devient bien visible, rond, sur le segment septo-apical :

ARTEFACT from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

THROMBUS CONTRASTE from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Il existe donc bien, sur cet examen :
– une calcification responsable d’un cône d’ombre masquant le thrombus,
– un artefact de réverbération mimant la présence d’un thrombus calcifié,
– et un thrombus apicale, non calcifié.

L’injection de contraste permet en outre de vérifier la perméabilité du pontage mamaire – IVA, avec un flux antérograde dans l’IVA distale, à composante diastolique prédominante.

Selon Wikipedia, certains pensent que les paroles de Purple Haze sont un hymne à la marijuana, le Purple Haze étant une variété de cannabis, de cocaïne, et de beuz de couleur pourpre.
Jimi, lui, affirma : « L’idée venait d’un rêve que j’avais fait, dans lequel je marchais sous la mer. C’était en rapport avec une histoire que j’avais lue dans un magazine de science fiction ». (Cette histoire était l’œuvre de Philip Jose Farmer, dans la série mettant en scène le détective Harold Childe).
Keith Richards, guitariste des Rolling Stones, évoque quant à lui dans son autobiographie “Life” parue en 2010, les capsules violettes de LSD vendues dans les années 60 à Londres sous le nom de “Purple Haze”, à côté des “Strawberry Fields” et autres “Sunshine”, qui ont inspiré Jimi Hendrix pour le titre de sa chanson.
Personellement, je pense qu’il pensait au produit de contraste échographique.

Share