Purple Haze (2)

Les bonnes réponses étaient donc 1,2 et 5:
1- L’artefact de réverbération. Star incontestée des pièges échographiques, c’est l’artefact qui mime un flap intimal dans une aorte dilatée, qui n’est en fait que la réverbération de la paroi antérieure de l’aorte.
« L’artefact de réverbération est un artefact lié à la réverbération d’une structure ulrasonore, généralement dense, et reconnaissable au fait que la distance entre l’artefact et la structure ultrasonore lui ayant donné naissance est égale à la distance entre cette structure et le capteur ultrasonore »
Dans ce cas, le capteur et la structure dense (ici la calcification paroi apicale) et la distance apex-artefact est identique, et les mouvements de l’un et de l’autre sont identiques, comme on peut le voir sur la coupe TM.

De façon assez amusante, en changeant de mode d’imagerie pour le mode contraste, l’artefact est encore plus évident (sur la première vidéo).

Cependant, la présence même d’une calcification apicale implique la présence un cône d’ombre qui peut masquer un thrombus, comme dans ce cas clinique.

On pourrait donc discuter :
– l’utilisation de produit de contraste, (pas d’irradiation, disponibilité immédiate, réponse rapide),
– un scanner cardiaque (qui renseignerait de plus sur l’anatomie coronaire et le perméabilité des pontages), mais cet examen est irradiant et nécessite une injection d’iode,
– ou une IRM, qui permettrait de quantifier l’étendue de la nécrose, (mais injection de Gadolinium et délais d’obtention entre 3 semaines et un siècle)

Bon, vous commencez à me connaître, voici donc ce que donne l’injection de contraste. La cavité VG est opacifiée par un nuage pourpre (d’où le merveilleux jeu de mot du titre), à l’exception du thrombus, qui devient bien visible, rond, sur le segment septo-apical :

ARTEFACT from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

THROMBUS CONTRASTE from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Il existe donc bien, sur cet examen :
– une calcification responsable d’un cône d’ombre masquant le thrombus,
– un artefact de réverbération mimant la présence d’un thrombus calcifié,
– et un thrombus apicale, non calcifié.

L’injection de contraste permet en outre de vérifier la perméabilité du pontage mamaire – IVA, avec un flux antérograde dans l’IVA distale, à composante diastolique prédominante.

Selon Wikipedia, certains pensent que les paroles de Purple Haze sont un hymne à la marijuana, le Purple Haze étant une variété de cannabis, de cocaïne, et de beuz de couleur pourpre.
Jimi, lui, affirma : « L’idée venait d’un rêve que j’avais fait, dans lequel je marchais sous la mer. C’était en rapport avec une histoire que j’avais lue dans un magazine de science fiction ». (Cette histoire était l’œuvre de Philip Jose Farmer, dans la série mettant en scène le détective Harold Childe).
Keith Richards, guitariste des Rolling Stones, évoque quant à lui dans son autobiographie « Life » parue en 2010, les capsules violettes de LSD vendues dans les années 60 à Londres sous le nom de « Purple Haze », à côté des « Strawberry Fields » et autres « Sunshine », qui ont inspiré Jimi Hendrix pour le titre de sa chanson.
Personellement, je pense qu’il pensait au produit de contraste échographique.

Share

Tags: , , , , ,

7 Responses to Purple Haze (2)

  1. H says:

    Que pensez vous des ci au sonovue: sca tdr ventriculaires et les respectez vous?
    merci

    • philippe says:

      Bonjour! Les contre-indications au contraste sont pour beaucoup de l’ordre de la précaution. Je ne fais pas de contraste aux patients présentant des allergies multiples et graves. L’allergie n’est pas exceptionnelle. Pour le reste, j’utilise le contraste sur des patients stables, qui de fait ne présentent pas de CI. Si le cas se présentait, il faudrait bien sûr peser le rapport bénéfice-risque, mais les produits de contraste ont déjà été utilisés sur des IDM récents, sans événements indésirables graves.
      Quel usage en avez vous?

      • clément says:

        Pour ma part, j’ai déjà utilisé le sonovue en phase aigue d’IDM (pour des suspicions de rupture cardiaque « contenue » notamment), je n’ai pas eu de souci et les informations apportées sont souvent intéressantes
        On l’utilise en routine au labo d’echo pour le stress (en cas de mauvaise echogénicité), la suspicion de DVDA, le thrombus intra-VG. En revanche, sa seule utilisation pour les volumes ventriculaires et la FEVG me semble abusive.
        A plus

  2. Odile Vigué says:

    J’avais eu le temps de sauter du rez de chaussée de chez moi en attendant la réponse à ta question: tu nous avais oublié, ou tu cabotines? heureusement que j’ai le flegme du cardiologue ; et j’ai bien fait de ne pas répondre, j’avais la bonne impression: les deux mon colonel. Mais ce qui est bon c’est de savoir comment lever le doute, là ,merci!
    De plus, je suis lâche , je n’injecte rien, et tout le monde s’en tape.
    Je ne signe pas , je ne veux pas me faire repérer.

  3. whiteshark says:

    usage professionnel exclusivement

    • philippe says:

      Pour le prix d’une fiole de contraste, on peut s’offrir un belle bouteille de champagne, (il y a aussi des bulles roses chez Laurent Perrier qui se laisse boire…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *