Archive for 26 juin 2013

Patiente non connue antérieurement

26 juin 2013

Comme tous les patients non connus antérieurement, cette patiente est suffisamment fourbe pour nous avoir dissimulé des éléments de l’anamnèse, de l’examen clinique, et même de l’ECG. Imaginez un instant la perfidie de cet embole, qui partant du coeur, arrive à se frayer un chemin jusqu’au bout du cinquième orteil droit!

Moi je REFUSE de prendre des nouveaux patients quand ils sont non connus antérieurement.
C’est non, non et non.

Share

La première lame soulève le poil…

24 juin 2013

Pour répondre à cette petite vignette, il s’agit d’une cardiomyopathie obstructive, avec deux zones d’obstacle, avec leurs flux meso-télésystolique en “lame de sabre”,
la première est médio-VG, la seconde est sous aortique :

Le troisième flux, qui débute dès le tout début de la systole, est qui est plus rond et plus véloce, et le flux d’insuffisance mitrale. Voici pour preuve la correspondance entre le début du QRS, celui du flux couleur, et celui du flux Doppler (cliquez deux fois sur l’image pour l’agrandir) :

Rien d’extraordinaire, mais un exemple amusant de la morphologie du flux d’obstruction et de celui de l’insuffisance mitrale, et de leurs timing différent.
Merci à tous pour votre participation!

Share

AAAAAAAAAAAAHHHH!

19 juin 2013

Un homme, vêtu d’une tenu rouge et doté de superpouvoirs, est victime d’un malaise à l’effort, avec un oppression thoracique.
L’auscultation révèle un souffle systolique rapeux en écharpe.
Voici le Doppler continu obtenu avec la sonde Pedoff :

Que se passe-t il?

Share

Desaturation blues, Eisenmenger boogie

14 juin 2013

Pour répondre au cas clinique précédent, j’ai du beaucoup lire, regarder des photos d’écho à l’envers, regarder des dessins “simplifiés”, bref, entrer dans le monde des congénitalistes. Je dois vous avouez très humblement que je n’ai rien compris.

Alors j’ai repris la base, “il était une fois l’homme” en quelque sorte!

L’idée de notre cas clinique est qu’il est déjà bien tard, puisqu’il existe une HTAP isosystémique avec HVD majeure (sans sténose pulmonaire) et donc un syndrome d’Eisenmenger.

Il s’agit d’une large CIV sous aortique avec une aorte à cheval, naissant cote à cote avec l’artère pulmonaire, en regard du VD.

En cherchant dans les explications de l’excellent site de carpedem.fr, j’ai fini par conclure (sans aucune certitude) qu’il s’agit d’une CIV conoventriculaire avec malalignement du SIV.

Bon, il est aussi écrit ça : “Ce dont le chirurgien a besoin :
• Localisation de la CIV par rapport aux gros vaisseaux,
• La position des gros vaisseaux ne permet pas de prédire la localisation de la CIV
• Anomalies associées
– Taille des ventricules
– Insertion des valves AV”

En clair, une description soigneuse devrait suffire, quelque soit la classification.

Pour conclure, je pense que congénitaliste, c’est un vrai métier, avec des descriptions complexes, qui se terminent généralement au bloc, avec des patchs.

A bientôt!

Share

Desaturation blues

8 juin 2013

C’est monsieur un peu bleu, hospitalisé pour douleur thoracique. Il est suivi en cardiologie, depuis longtemps, sans réellement savoir pourquoi. Ce jour là, il sème les cardiologues qui le suivent, et arrive chez nous :

Comment décrire cet examen, et quel est votre diagnostic?
Je précise que, n’étant pas congénitaliste, je n’ai pas de diagnostic formel, et que je serai ravis d’avoir votre avis sur la question.

Je profite également de ce post pour souhaiter un joyeux anniversaire de 3 ans à échocardioblog. Il entre en maternelle en septembre. C’est un début, même si il apparait clairement qu’on est loin de la cours des grands 😉

Share

Les archives de la médiathèque

2 juin 2013

Il s’agissait bien, comme le suggérait Benjamin, d’une fistule aorto-pulmonaire.
Les causes de ce type de lésions sont bien-entendu traumatique (plaie par arme blanche, ou plaie par balle), lors de cathétérisme (TAVI, endoprothèse aortique), ou infectieuse (syphilis, endocardite de l’arche aortique).
Il s’agissait ici d’un ulcère athéromateux sur une crosse aortique anévrismale, mais des cas similaires avec ont étés décrits avec des anévrismes sur maladie de Marfan. L’aorte s’est rompue dans l’artère pulmonaire gauche, et le diagnostic a été découvert en ETT par son cardiologue traitant qui avait noté l’apparition récente d’un souffle diastolique inhabituel!
Voici un autre exemple de fistule aorto-pulmonaire, cette fois lors d’une dissection aortique.
Inutile de préciser que si l’issue de mon cas a été favorable, cette pathologie n’est pas d’un merveilleux pronostic, et que de nombreuses descriptions sont post-mortem…
Voilà pour les antiquités, j’ai encore quelques vielles bobines amusantes à restaurer!
En attendant les prochains posts, je vous conseille les cas cliniques du Pr Miguel Ángel García Fernández, (auxquels je ne comprends pas toujours grand chose, et pas seulement parce que c’est en espagnol…). De belles images, un site amusant et très populaire, si j’en juge aux nombreux commentaires!

A bientôt,
Philippe.

Share