E, A, L dans l’A (Titia)

Dans l’épisode précédent, une cardiopathie hypertensive était réévaluée par Jimmy.
Wendy dit à Jimmy : « quelle drôle d’onde A, Jimmy, comme c’est étrange ».
Voici donc la réponse, qui provient ni de manœuvre de valsalva, ni du pantalon anti-G de nfkb, mais de simples extrasystoles auriculaires :

Il s’agit donc d’une fusion entre une onde L meso-diastolique qui signe le trouble de compliance noté par Yoan, et l’onde A.
Cet élément permet de conclure avec un peu plus de certitude sur les pressions de remplissage élevées. En effet, la patiente est en FA durant une bonne partie de l’examen, ce qui rend l’interprétation de E>A délicate.

Enfin, travaillant sur une marque de machine avec laquelle je partage un prénom, la valeur « cut-off » du strain ne me parait pas claire, en tout cas moins nette que chez les électriciens généraux. J’ai tout de même essayé par curiosité, pour trouver un strain longitudinal global normal à -20% (essentiellement du fait d’une ascension correcte des segments basaux de la paroi latérale).

Je pense néanmoins que la contraction longitudinal est altéré et que le déplacement de l’anneau mitral en systole est faible, et je me replonge dans l’abime du doute sur le strain.
Le diagnostic différentiel serait une tachycardie atriale alternant avec la FA et le rythme sinusal, avec des ondes A multiples et fusionnées, comme le suggérait Philippe A, justement. La fin de l’examen s’est déroulé cependant en ryhtme sinusal à peu près stable, avec ce flux triphasique évocateur d’une relaxation très altérée.

Merci à tous pour vos commentaires, je serais curieux de connaitre votre sentiment sur l’homogénéité des valeurs de strain pour ceux qui travaillent sur plusieurs machine ou qui sont sur la même que nous?
A très bientôt,
Philippe

Share

Tags: , , , , ,

4 Responses to E, A, L dans l’A (Titia)

  1. Clement says:

    Cas clinique très sympa. Pour le strain, pour avoir la chance d avoir les deux machines (et aucune action chez ge), il me semble que l algorithme ge est beaucoup plus robuste et reproductible. Je crois qu une étude marseillaise?? est en cours pour comparer et harmoniser les valeurs de strain entre les constructeurs
    A plus

    • philippe says:

      As tu déjà comparé des valeurs de strain du même patient sur les 2 machines?

      • clément says:

        non, mais je ne désespère pas de le faire un jour. Le problème c’est que l’on tourne à 30 demandes d’ETT en attente régulièrement donc c’est un peu difficile de prendre du temps.
        par contre, j’ai regardé la variabilité intermesures sur ge, elle est vraiment basse (5-6%). je crois vraiment dans la déformation longitudinal globale, beaucoup moins dans le strain pour évaluer la cinétique segmentaire.

  2. doudou13314682 says:

    une écho sans ecg c’est comme un baiser sans langue
    poser la question du strain c’est y répondre;je me souviens en des des temps très anciens la physique était encore compréhensible du calcul des erreurs en doppler selon les angulations 3d des volumes d’échantillon, pour rire demander à un mettallurgiste expérimentateur et pratique leurs techniques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *