Archive for 26 mars 2014

Crosstown traffic

26 mars 2014

Une petit histoire d’embouteillage.
C’est la mode, les pics de pollution, la circulation alternée…
Ce patient présente un obstacle à l’éjection du ventricule gauche :

Avec un gradient élevé au repos, et une IM modérée (ci dessous en 3 cavités, avec l’aorte à droite de l’image).

Voici une boucle d’ETT (échogénicité moyenne) :


Et une boucle d’ETO :

Que pensez vous du (des?) mécanisme(s) de l’obstruction, et quel traitement prosposer?

Share

L’oeil du tigre

17 mars 2014

Le combat des chefs, l’empire contre-attaque.
A ma gauche : un fabriquant d’ampoule, de biberon et d’échographes, Philips.
A ma droite : un fabriquant de téléviseurs, de réfrigérateurs, et d’échographes : General Electric.

Ambiance :

J’avais déjà parlé ici de l’échange de bon procédé par lequel Philips améliorait considérablement son strain sur la dernière version de Qlab (et particulièrement le tracking), pendant que GE développait à merveille une ETO 3D (donne une bonne note à ton camarade, disait Jacques Martin).
Restait la question de la reproductibilité du fameux strain longitudinal global d’une machine sur une autre, dont nous discutions d’ailleurs avec Clément il y a peu.
C’est chose faite avec cet article remarquable, parut dans les “archives of cardiovascular disease”. : Prospective comparison of speckle tracking longitudinal bidimensional strain between two vendors.
Castel AL, Szymanski C, Delelis F, Levy F, Menet A, Mailliet A, Marotte N, Graux P, Tribouilloy C, Maréchaux S.

Les auteurs ont comparé sur les mêmes patients, dans les mêmes conditions d’examen, des boucles obtenues sur IE33 et son Qlab 9.0 et sur V9 et son EchoPAC BT12.
Sur 96 patients, 31 sont exclus pour mauvaise échogénicité (il s’agit tout de même de 32 % des patients, sur ce qui compte parmi les meilleurs machines du moment).
Les résultats sont plutôt rassurants, avec d’une part une bonne reproductibilité, d’autre part une bonne corrélation du strain longitudinal global entre les deux constructeurs (coefficient de concordance à 0,95). Fait étonnant, l’analyse des segments basaux est nettement moins bonne que celle des segments moyens et apicaux, (avec des coefficients de concordance allant de 0,31 à 0,56). (Finalement, peut importe ce qu’on moyenne, l’essentiel est de moyenner…)

Il ne s’agit pas de la première étude de ce genre, mais la plupart ont été menées sur des volontaires sains (euh, l’externe, t’as cours c’t aprèm?). C’est donc un première pierre intéressante, pour ceux qui disposent de ces toutes dernières machines et de ces tous derniers logiciels (ceux d’avant étant nettement moins bons!!!).
Quid des 32% exclus?

Moi, j’attends toujours le strain longitudinal 3d avec contraste.
Et le V9.
Ou un Epic.
Ou les mieux, les deux!

Share

Le PM qui stimule une oreillette sans réveiller l’autre.

12 mars 2014

Le cas clinique précédent présente un intérêt d’ordre philosophico-électro-mécanique plus qu’un réel intérêt diagnostic.

Le spike auriculaire est loin de l’onde A mitrale :

Or la sonde atriale est dans l’oreillette droite, et le délais entre le spike et l’activité mécanique de l’OD (soit l’onde A tricuspide) est beaucoup plus court :

Il y a donc un bloc inter-atrial de plus de 40 msec entre l’OD et l’OG.
Le bloc intratrial (ou “interatrial delay” en anglais) est surtout incriminé dans la survenue d’arythmie auriculaire. La littérature porte également sur la difficulté d’optimisation de réglages des pacemakers et particulièrement des CRT. Le lien avec la dyspnée dont se plaint cette patiente n’est pas forcément très clair.

Voici un des articles qui aborde le problème dans Circulation :
Marked Interatrial and Atrioventricular Conduction Delay With Enhanced Atrial-Based Managed Ventricular Pacing
Electrocardiogram-Echocardiogram Doppler Correlation, Andrew M. Rosenblum, MD

A bientôt!

Share

Space Maker Oddity (3)

7 mars 2014

Je poursuit dans la “rythmocardiographie”, avec ce cas d’une patiente appareillée d’un PM double chambre pour une maladie rythmique de l’oreillette (dysfonction sinusale et insuffisance chronotrope à l’effort / accès de tachycardie atriale).
Après une période d’amélioration de la dyspnée, elle présente de nouveau une dyspnée d’effort modérée, motif de l’ETT.
ETT assez peu informative : fonction VG normale, pressions de remplissage (aussi loin qu’on puisse les appréhender avec la stimulation cardiaque) normales, pas d’HTAP, fonction VD normale, pas de valvulopathie sévère, l’OG est à peine dilatée.

Cependant le flux mitral est un peu bizarre, non?

Qu’en pensez vous?

PS : pour ceux qui ont eu l’extrême bonté de s’inscrire là-haut à droite, il faut cliquer sur le titre du mail, pour ouvrir le post sur votre navigateur, afin de lire les vidéos. Vous pouvez par ailleurs agrandir les vignettes en cliquant à deux reprises dessus.

PS 2 : Pour ceux qui ne se sont pas inscrit là-haut à droite, vous pouvez vous inscrire là-haut, à droite.
Votre email ne sera pas divulgué, il sera même protégé contre le mauvais sort, et permettra le retour de l’être aimé, sur présentation de sa photo.

Share