Archive for 31 janvier 2016

Allez hop François, hélicopter!

31 janvier 2016

Pas une semaine sans qu’un article de journal, de blog, un tweet, ne vienne pronostiquer la mort du stéthoscope suite à l’avènement des échographes ultraportables.
Dans le JACC de Janvier 2016, Valentin Fuster répond aux oiseaux de mauvais augure avec un éditorial citant plusieurs situations cliniques dans lesquelles le stéthoscope reste à ce jour irremplaçable : le frottement péricardique, l’insuffisance aortique, l’éclat du B2 au foyer pulmonaire etc…

Cette mise au placard du stétho me parait aussi pertinente que de prédire que l’avènement de hélicoptère remplacera le vélo.
François, le postier de Jacques Tati dans “jours de fête”, fort impressionné par les progrès des facteurs américains, se prend à rêver de livrer le courrier en hélico.
Pourtant le vélo, comme le stétho, ont un avantage majeur sur leurs concurrents : la simplicité.
Pas de pile, pas de batterie, pas de login, pas de mot de passe, pas de bug, pas de réseau, pas de cloud.

Certes, les échographes ont de plus en plus d’intelligence artificielle embarquée, mais dans le stétho, l’intelligence est embarquée entre les deux embouts auriculaires, (et elle fonctionne encore un peu, n’en déplaise à certains constructeurs).

Share

Meat is murder

23 janvier 2016

C’est vrai qu’en dobu, si tu vois pas le VG, t’as rien…

Merci Philippe 😉

Share

Slight Return

12 janvier 2016

Sur “Electric Ladyland”, (sorti en 1968 un peu avant “soca danse” cher à nfkb), paraissait “Voodoo Child, slight return). Il est évident que le “retour insignifiant” n’est pas si anodin.

Notre patiente à elle aussi un retour électrique qui n’est pas sans conséquences :

Son ECG de base était normal, mais il existe un Kent droit (je me le suis fait confirmé par les gens qui savent, et que je remercie), qui devient perméable à l’effort, permettant au passage la conduction assez impressionnante de quelques ESA précoces.

La caractérisation d’un faisceau accessoire en échographie cardiaque est décrite dans cet article de Nagueh.

Pour faire bref, lorsqu’il s’agit d’un kent gauche, il est possible de voir (en mode TM, en doppler tissulaire ou speckle tracking) une contraction plus précoce d’une paroi (posterobasale ou septale en fonction de la topographie du kent) contemporaine de l’onde delta ECG; et qui disparait après ablation. La faisabilité en speckle tracking est de l’ordre de 80-90%.

En revanche, la localisation échographique du kent par écho est beaucoup plus difficile pour les faisceaux droits (faisabilité d’environ 65-75%). La contraction précoce concerne le VD, pour lequel l’analyse de cinétique est plus difficile. On peut donc observer la désynchronisation induite par la pré-excitation du VD, exactement comme dans un BBG ou une stimulation apicale par un PM. Il est intéressant de noter que cette désynchronisation peut persister quelques semaines après ablation. Cet article résume bien les effets hémodynamiques délétères des Kent droits, et conclut à une indication d’ablation même en l’absence de trouble du ryhtme, pour préserver ou normaliser la FEVG.

La patiente, quant a elle, m’a rétorqué qu’elle était née avec ce faisceau, et qu’elle s’y était attaché avec le temps.

J’avais débuté ce cas avec Jimi Hendrix mais ceux qui suivent ce blog savent que la disparition de David Bowie est un coup dur. J’ai donc choisi une vidéo de Stevie Ray Vaughan interprétant un titre de “Electric Ladyland”.

Bowie a “découvert” Stevie Ray Vaughan en 1985 au festival de Jazz de Montreux et lui a confié l’incroyable solo sur “Let’s Dance”. Ce solo a assuré le succès de la chanson et la renommée internationale de Vaughan.

Un post qui parle de Hendrix, de Bowie, et de SRV ne peut pas être foncièrement mauvais…
Et bravo à Yoan pour le diagnostic!

Share

Electric ladyland

8 janvier 2016

Bon voilà :
C’est une dame (comme le titre du post le laisse suggérer aux plus anglophones d’entre vous), qui est adressée pour une écho d’effort, (parce que le diabète).
Elle est un peu essoufflée à l’effort, donc elle ne fait plus d’effort, et plus elle fait moins d’effort, et moins elle est plus essoufflée.

En tout cas, elle fait l’effort de venir à son rendez vous d’écho d’effort.

Les QRS sont fins, l’ECG de départ est normal, pas de bloc de branche gauche (je ne vais pas vous faire le coup toutes les semaines….)

Cette boucle réalisée en début d’examen comprend 3 cycles, le premier est different des 2 suivants :

_00004 from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Puis au cours de l’effort, c’est le premier qui l’emporte :

_00005 from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Que croyez-vous qu’il arriva?

Share

Les QAV se rebiffent

3 janvier 2016

Un trèfle à quatre feuilles comme porte bonheur pour 2016 :

eto 3d from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Systole :

Diastole :

On parle beaucoup des Bicuspid Aortic Valve (BAV) et assez peu des Quadricuspid Aortic Valve (QAV), mais les QAV se rebiffent!
Pour faire des séries sur des pathologies rares, il y a la Mayo Clinic, dans cet article de Circulation.

Entre 1975 et 2014, 50 quadricuspidies ont été identifiées (soit 0,006%). (Ils ont tout de même trouvé le moyen de classer les 50 patients en 7 catégories…).
Une dilatation aortique a été trouvée chez 29% des patients, et 26% présentaient une valvulopathie aortique significative (92% de fuites, généralement modérées).
30% des patients avaient une autre anomalie congénitale associée.
Il n’y a eu aucune dissection ou endocardite sur le suivie moyen de 5,6 ans.
La survie est de 91.5% et 87.7% à 5 et 10 ans.

La QAV est donc rare (Le faux talbin, Messieurs, est un travail qui se fait dans le feutré.)
Elle est probablement un peu sous diagnostiquée car les complications qu’elle entraine, et en particulier les insuffisance aortiques, sont souvent moins sévères que la bicuspidie.

Bonne année 2016 à tous (il est encore temps), et en route pour une sixième année d’echocardioblog!

Share