Le mot compte triple

Pour obtenir rapidement un rendez vous d’échographie cardiaque, il y a plusieurs méthodes.

La plus classique est la demande bidonnée, avec des vrais morceaux de mots clefs dedans :c’est la demande de la médecine interne, ce service dans lequel tous les patients ont une fièvre inexpliquée, sans point d’appel clinique en dehors de ce souffle cardiaque qui n’existait pas la veille. Efficacité excellente, mais risque d’usure rapide, à utiliser avec parcimonie.

La seconde astuce est le mode de fonctionnement type « urgences » :  » je t’appelle pour ce patient BIEN CONNU DE VOS SERVICES, qui sort de Cardiologie, il est suivi PAR LE PATRON, LASILIX-NITRIDERM- BNP- troponine ». Ce système repose, vous l’avez compris, sur du « name dropping » et l’accumulation de mots clefs agencés de façon beaucoup plus hasardeuse, mais qui fini par persuader l’interlocuteur qu’il sera plus long d’essayer de comprendre que de faire l’écho.

La troisième technique, largement répandue dans le domaine de la demande d’examen complémentaire, et celle du « FDGI » (pour Foutage De Gueule Intégral), les principes en sont clairement énoncés sur le site « prendsmoipouruncon.com » que je vais bientôt mettre en ligne si mon appel de fond (2 500 000 dollars) fonctionne.

La demande suivante, fournie par Yara (merci Yara!), est un subtile mélange des deux dernières techniques, et il faut bien avouer qu’elle force l’admiration, c’est du pur génie.

L’occasion pour moi de vous remercier pour les demandes envoyées et de vous solliciter si vous avez un demande d’examen exotique, ou un cas clinique de cardiologie cardiaque que vous souhaiteriez partager avec d’autre cardiologues du cœur.

A bientôt!

Share

Tags: , , ,

2 Responses to Le mot compte triple

  1. whiteshark says:

    A ce niveau là tu descends dans la rue en face de l’hôpital et tu dis au premier passant que tu croises qu’il remplisse un bon d’échographie cardiaque

  2. gdv says:

    Franchement j’adore…
    Il y a aussi le troisième type de demande, où le problème est inverse : le « bilan AVC » où le patient arrive avec sa cicatrice de sternotomie, fait « clic clic » à 3m à la ronde, et avec un pochon d’amoxicilline qui passe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *