Thierry la fronce

Dans le dernier billet, je sollicitais votre avis sur le mécanisme de la fuite aortique de ce patient qui présente un anévrisme disséquant de l’aorte initiale et un tableau très évocateur d’une endocardite à Staphylocoque. La cusp antero-droite de la valve aortique, en haut de la coupe ETT, présente des irrégularités que j’ai interprétées à tort, dans ce contexte, comme une possible perforation.
Pourtant, il suffisait de tourner la sonde en petit axe pour avoir une idée de la réponse :


Untitled from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

La cusp antero-droite (toujours en haut en ETT) est « pliée », étirée par la distension et déformation annulaire induite par la dilatation aortique. La fuite est centrale, il n’y a pas de lésion évocatrice d’endocardite. J’avais déjà évoqué cette histoire de « fronce » des cusps de la valve aortique ici. L’analyse 3d prend tout son sens : vue d’en haut, il est difficile de comprendre ce qu’il se passe, et vue de profil, la déformation de la cusp est visible mais c’est le mécanisme de cette déformation qui est obscure.

Dans cet article du CNRS (qui a failli me réconcilier avec les maths), il est expliqué la différence entre un pli et une fronce, et, pour illustrer leur propos, les auteurs ont fait appel… à une animation 3d!
Si les chirurgies de plasties aortiques se développent,  l’analyse 3d sera certainement de la partie, pour décrire précisément les mécanismes de ces fuites.

Et juste parce que ce billet est vraiment trop sérieux, avec des maths et tout et tout, un jeu de mot moisi et un petit clin d’œil à une de mes références fétiches, avant Yoda, avant même Raoul Volfoni et sa bande : 

Enjoy!

Share

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *