Capitaine Caverne

En sortant la sonde d’ETO, juste avant le dernier virage de l’aorte, alors que nous allions remercier le patient d’avoir choisi l’alliance skaïteam, voici ce que nous aperçûmes :

110421035–1-IM 0084-results from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Y avait-il un passage possible sous cette plaque?

110421035–1-IM 0085-results from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Vite, mes lunettes 3d!

110421035–1-IM 0087-results from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

C’est une véritable caverne, au pied de l’artère sous calvière gauche.

110421035–1-IM 0d087-results from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Pour la coronarographie prévue le lendemain, je me suis permis de suggérer un abord sous clavier droit, pour que le coronarographiste ne découvre pas le trésor caché dans ma caverne trop facilement.
Serait-il licite de faire une imagerie de l’arche aortique (ETO ou scanner) avant une coronarographie chez un patient très artéritique, pour éviter ça ou ça?

Share

Tags: , , , , , ,

3 Responses to Capitaine Caverne

  1. Nicolas says:

    On voit bien le Pacman qui ouvre sa bouche vorace. Qu’est ce qui a motivé une ETO avant la coro? Un mauvais présage?

  2. whiteshark says:

    cette question est paradoxalement posée par certains patients (en d’autre terme: est ce que le fil qu’on va me monter peut ramoner les artères et décrocher des plaques)

    en ce qui me concerne je termine toujours une ett par la voie sus sternale qui permet d’avoir une bonne appréciation quand même

    pour ce patient: antiaggrégant ou anticoagulant au vu de la complexité de cet athérome?
    contre indication pour les sports de combat avec risque de contusion thoracique?

  3. philippe says:

    @Nicolas : coronarographie pré-opératoire d’une insuffisance mitrale volumineuse.

    @Whiteshark : c’est ça! J’aime bien aussi regarder l’aorte, mais il faut bien avouer qu’on n’est pas toujours aussi bien qu’en ETO, ou en scanner. Les problèmes de voie d’abord ne sont finalement pas si rare chez les polyarteriels (pontages aorto-bifémoraux, radiales très gêles, athérome aortique protrusif…). Chez ce patient, la chirurgie à venir nous a freiné pour les traitements.
    Enfin, si le combat n’est pas fini, le sport est bien loin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *