IRonMan est il IRM-compatible?

La littérature cardiologique n’est pas toujours passionnante. Évidemment, il y a eu IMPROVE IT. Ouais. Bon.

Et puis, juste au moment où le cholestérol est au plus bas, derrière la 153 ième étude qui confirme que le strain longitudinal altéré est un facteur de mauvais pronostic en post TAVI chez les mangeurs de choucroute caucasiens à grandes oreilles, la voilà, l’étude intéressante, celle qui répond à une question que les cliniciens se pose!

Pourquoi les prolapsus valvulaires mitraux font-ils des morts subites?

J’avais exprimé ici ma conviction que le Barlow était au moins autant une maladie du myocarde que de la valve, en particulier du fait du mouvement si particulier de la région infero basale du VG. L’autre argument, (faible il est vrai), c’est l’absence de la moindre ESV lorsqu’on mord une mitrale avec un mitraclip.

Cette étude rétrospective est l’analyse d’un registre de mort subite italien. Une partie des données viennent de l’analyse anatomo-pathologique des cœurs conservés et des données cliniques disponibles avant le décès. Ce groupe est comparé à un groupe contrôle et à un groupe de prolpapsus, avec une fuite modérée, et qui présente une arythmie ventriculaire au holter.

Cet article contient beaucoup de résultats instructifs.
Pour faire court, il existe en histologie des foyers de fibrose sur les piliers et la région inferobasale du VG, qui correspondent en IRM à des zones de réhaussement tardif. La population la plus à risque est féminine, jeune, avec des prolapsus bivalvulaire, un click systolique, des fuites minimes à modérées, des ondes T négatives en inférieur, et des TV retard droit.
A noter que les événements rythmiques surviennent plutôt au repos, et que les épreuves d’efforts, lorsqu’elles sont réalisées, sont normales.

Pour la première fois, on obtient un début d’explication ventriculaire aux événements rythmiques des PVM. Il persiste bien-sûr de nombreuses questions. (Est ce que cette fibrose est secondaire à l’étirement anormale de l’appareil sous valvulaire? Quel est le rôle de la fonction annulaire mitrale?)

Les résultats de cette étude, si ils sont confirmés par d’autres équipes, (le rehaussement tardif de l’extrémité des piliers, ça se travaille!) positionneraient l’IRM comme un examen intéressant dans la stratification du risque rythmique des prolapsus valvulaires.

L’IRM, c’est fascinant 😉

Share

Tags: , , , ,

7 Responses to IRonMan est il IRM-compatible?

  1. nfkb says:

    j’adore quand tu nous causes de physiopath’ comme ça 😀

  2. whitesharke says:

    questions:

    1) s’il y a eu une consommation d’anorexigène et que la patiente a une im dystrophique avec fibrose de l’app sous valvulaire, le potentiel fibrosant est donc majoré et le risque rythmique?

    2) qu’en est il du risque rythmique des im post radique qui ont aussi une fibrose significative de l’appareil sous valvulaire?

    • philippe says:

      Bonnes questions…
      L’intérêt de cet article est justement d’avoir sélectionné une population très homogène d’IM minime à modérée, par prolapsus sur feuillets redondants, en ayant soigneusement éliminé les autres causes de morts subites. Je ne sais pas si les valvulopathies médicamenteuses entre dans la même catégorie. Les cardiopathies radiques ont beaucoup de causes d’arythmies possibles (myocarde radique, coronaropathie…) Je ne pense pas qu’il soit possible de distinguer précisément le substrat arythmogène.

      Pour tout te dire, je suis un peu dubitatif sur le volet « IRM » de l’étude. Les patients que j’ai adressé en IRM dans cette indication ont tous eu un examen normal, sans réhaussement tardif, et malgré des troubles de cinétique VG évidents. Est-ce une question de protocole? D’expertise du cardio-radiologue? Je trouve cette corrélation anatomo-clinique très séduisante, mais j’aimerai bien confirmation.

  3. Julien Magne says:

    Bonjour à tous,

    Tres beau papier en effet.
    Dans un de nos travaux, nous avions retrouvé 31% de réhaussement tardif dans une population d’IM sur prolapsus, au moins modérée et sans dysfonction/dilatation VG. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25066426
    Dans mon souvenir, ce réhaussement n’était pas dans la région des piliers plus particulièrement.Cependant notre groupe étudié était tout à fait modeste (n=41).
    On doit pouvoir s’attendre à tout un tas de papiers à venir sur IRM et IM primaire. L’ESC devrait apporter son lot d’abstracts.

    Merci pour ce papier.

    Julien

    • philippe says:

      Je profite d’une fenêtre de WIFI pour te remercier pour cette référence et ce commentaire. 31% de RT me parait plus probable que les 91% qu’ils ont dans leur série, même si vous avez inclus des IM secondaires au sens large et pas uniquement des Barlow. Un des éléments intéressant de leurs papier, c’est le fait qu’il s’agisse d’IM minime à modérée et non importante.
      A suivre!

      • Julien Magne says:

        Pas uniquement des Barlow mais uniquement des IM « primaires » et bien entendu exclusion des « IM secondaires », j’imagine que ton clavier à fourché :-), cela m’arrive tout le temps!
        Bonnes vacances.

        Julien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *