Posts Tagged ‘tumeur cardiaque’

Are you experienced?

27 juin 2015

On ne présente plus Clément, cardiologue à la cour du Roi Soleil, qui, entre autres faits marquants, a importer le thé et les toasts de la couronne d’Angleterre à Versailles, pour ensuite populariser le brunch à 20 euros dans tous les quartiers Est de Paris.

Clément nous propose ce cas clinique d’une patiente de 79 ans avec un lourd passé d’endocardite (trois interventions pour une endocardite aortique). elle est porteuse d’une valve aortique mécanique Saint Jude. elle présente une masse hyperéchogène incluse dans la paroi latérale du VG.

couleģe calcaire 4C modifieģe from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

couleģe calcaire 4C from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Le scanner cardiaque (fait pour rechercher un pannus car les gradients sont élevés à travers la prothèse) montre une masse arrondie :

Qu’en pensez vous?

PS pour Doudou : cette fois, c’est sûr, ce n’est pas un Tako Tsubo 😉

Share

Just another clot in the blog

1 septembre 2014

L’avantage du Télécran sur Google, Facebook et autre Twitter, c’est qu’on peut facilement effacer une image dérangeante, par une simple secousse.

C’est ce que nous avons fait au cas clinique du mois d’Aout, cette boule découverte à l’occasion d’un bilan d’AVC.
L’anapath n’a pas eu lieu, la chirurgie proposée a été refusée.
Cependant, quelques éléments nous ont orienté vers la thrombose. La FA bien-sûr, la dysfonction longitudinale du VG, la présence du thrombus dans l’artère pulmonaire, et une thrombocytémie (secondaire au syndrome inflammatoire ou primitive?). Un pet-scan a été réalisé, ne montrant aucune fixation. Les veines pulmonaires sont libres, l’implantation n’est pas typiquement celle d’un myxome. N’écoutant que notre courage, et n’ayant surtout aucune autre alternative, nous avons instauré un traitement anti-coagulant.

Les images suivantes ont été réalisées sans trucage.
Voici l’Artère Pulmonaire avant :

et après traitement :

Et la masse, avant :

et après :

Il s’agissait donc bien d’un thrombus.
Le « thrombus mimant un myxome » n’est en fait pas si rare que cela, en voilà un ici très ressemblant au notre (et en accès gratuit) et un autre là.
Avec les bons mots clefs (« left atrial mass: thrombus mimicking myxoma »), pubmed se montre même très loquace (qui a copier le titre du case-report de son camarde?).

Les discussions des deux articles sont intéressantes, et il est probable qu’en présence d’une FA valvulaire, avec une OG dilatée et du contraste spontané, l’hypothèse du thrombus ne doivent pas trop vite être écartée, même si l’aspect échographique est très inhabituel.
Pour terminer, je rejoins Clément et Nicolas, c’est toujours plus facile avec l’anapath!

Voici dans l’ordre le thrombus, un myxome et une tumeur pulmonaire avec invasion de l’OG par la veine pulmonaire supérieure gauche.

Le thrombus :

Nouveau projet from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Le myxome :

MYXOME from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

La tumeur maligne :

ADENOk og from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Et ben c’est pas facile…

Share

Just another brick in the blog (2)

19 août 2014

Dans l’épisode précédent, l’échographie se heurte à une boule bien inhabituelle.
Matt Murdock, alias Dardevil, n’est pas un super-héros comme les autres. Après un accident lié à une sur-irradiation, il devint aveugle et développa un sens surnaturel, celui de se déplacer à l’aide des ultrasons. C’est ainsi que, passant du scanner à l’échographie, il se balade dans la skyline new-yorkaise avec une aisance déconcertante.
Cependant, Matt Murdock connait ses limites, et se souvient qu’un bonne irradiation par scanner cardiaque, couplé à une IRM, reste une bonne méthode pour avancer des diagnostiques en attendant l’analyse anapath…

Nous avons donc suivi Dardevil. (en partie aussi parce que Batman est un peu plus difficile à suivre, et que les billets pour Gotham City sont plus chers qu’un Paris-NYC).

L’IRM avoue ne pas pouvoir trancher entre myxome et thrombus, voici une image arrêtée (sans grand interêt), coup de proton dans l’eau.

Le scanner est plus intéressant, on retrouve la masse appendue à la jonction mitro-aortique (interprétée « myxome »), loin de l’auricule, du SIA et des veines pulmonaires (Whiteshark, sacré briscard ;)) :

Mais il existe également un image de l’artère pulmonaire droite évoquant pour le radiologue un thrombus marginé, et donc une embolie pulmonaire semi-récente (totalement asymptomatique!)…

Sauras tu aider Matt Mudock à faire le diagnostic à la lueur de ces nouveaux examens?

Share

Just another brick in the blog

10 août 2014

C’était un mois d’aout, mais avec de la pluie dedans.
Une ETT retrouve (une fois n’est pas coutume…) une cause probable à un AVC ischémique, chez ce patient en FA permanente (non connue jusqu’alors, et de ce fait non anti-coagulée).

La vidéo suivante montre successivement (à l’aide d’un habile montage semi-professionnel) l’ETT, l’épreuve de contraste, l’ETT 2d et une acquisition 3D.

Votre mission, si vous l’acceptez, et de décrire la zone d’implantation de la masse et de vous risquer à avancer un diagnostic (tout est tentable, et personne ne regarde, c’est le mois d’Aout…).
Quelle conduite à tenir et/ou examens complémentaires?

Share

Heart of glass

27 janvier 2014

Amigos, il est temps pour moi de féliciter Clément pour son diagnostic.
Il existe bien une atteinte tricuspide assez caricaturale du syndrome carcinoïde. Nfkb nous dit « j’ai l’impression que la valve est ouverte en permanence », ce qui correspond à la restriction systolo-diastolique (type 3A de la classification de Carpentier), qu’on retrouve aussi dans le rhumatisme articulaire aigu ou dans les valvulopathies pharmaco-induites.

Mais il existe également une métastase intra-myocardique dans la paroi du VD, qui parait bien encapsulée.

Les métastases intra-myocardiques des carcinoïdes sont rares, et seule la Mayo Clinic était capable d’en sortir une série : en 14 ans, ils recensent 243 patients avec tumeur carcinoide, et seulement 11 patients avec des métastases intra-cardiaques (soit environ 4%). Les tumeurs sont toujours intra-myocardiques (pas de pédicule, pas d’éléments mobiles dans la cavité), homogènes, bien circonscrites, atteignant le VD ou le VG, multiples chez 2 des patients de la série.
A noter que toutes les autres valves (et elles sont nombreuses) peuvent être atteintes.
Il me reste à remercier à nouveau Pascal pour les images.
Pour changer du rock, je vous laisse en compagnie d’un tube disco, qui nous rappelle qu’en regardant à travers le cœur, on peut trouver des trucs dans le myocarde.


Blondie – Heart Of Glass par Discodandan

Share

Pas d’EP – Le coeur de pierre

6 avril 2013

Le cas clinique précédent présentait une calcification apicale inhabituelle de découverte quasi fortuite, sur un angioscanner réalisé pour bilan de dyspnée.
En creusant un peu, j’apprends que cette image est non seulement ancienne, mais qu’elle a été explorée par de multiples examens dans une autre structure.

Les examens complémentaires auraient pour intérêt :
1- la caractérisation tissulaire (mais il est déjà évident qu’il s’agit de calcium au TDM)
2- S’assurer d’une cinétique segmentaire normale

Par argument de fréquence, la masse calcifiée apicale est un thrombus. Mais le thrombus ne se loge que dans une zone akinétique ou dyskinétique. L’IRM réalisée par le passé conclue allégrement à un thrombus. L’IRM étant l’examen de référence de tout (et de rien), la discussion s’est arrêtée, et pourtant aucun anticoagulant n’a été prescrit, et aucun accident embolique n’est survenu.

Je ne crois pas une seule seconde à cette histoire de thrombus, et avec un peu de contraste de perlimpinpin, on peut trouver une IVA perméable, et une cinétique segmentaire strictement normale :

IVA :

Strain longitudinale globale

Echo de contraste :

L’hypothèse infectieuse s’effondre en l’absence de tout contexte, et avec le recul de 10 ans! Je n’avais pas pensé à la cysticercose que vous aviez évoquée (un cas d’autopsie assez hallucinante ici), mais j’avais évoqué la fibrose endomyocardique. Pas d’hyperéosiophillie, pas de voyage, calcification inhabituelle dans cette pathologie, bref, ça ne tient pas la route.

Le diagnostic que je vous propose est donc un diagnostic d’élimination, il s’agirait d’une « tumeur calcifiée amorphe du cœur » ou « amorphous calcification of the heart ». Vous trouverez ici un très beau cas clinique de circulation .
Circulation. 2008; 117: e171-e172

Reste à savoir si il existe un lien avec la dyspnée par le biais d’une insuffisance cardiaque? Mystère…

Merci à tous pour les commentaires, et merci à Jax @jjtudesq pour le titre 😉

Share