Mechanismes de fuite aortique en 3D Eto

Le 3D Eto se prête particulièrement bien a l’analyse des fuites aortiques. En effet, l’acquisition est simple, le volume a acquérir est assez petit et le « real time » à 45 degré suffit la plus part du temps. Pour l’analyse couleur, il faut encore (pour l’instant…) faire un « volume total ». Une fois ces deux acquisitions faites, on peut travailler les images sur le logiciel « off Line ».
Cette patiente est dyspnéïque, avec une IA paraissant volumineuse en échocardiographie trans thoracique (reflux à 20cm/sec dans la crosse, débit antérograde augmenté), mais une Surface d’orifice Régurgitant par la PISA à 20mm2. Elle est adressée en ETO pour quantifier la fuite et préciser son mécanisme.
La première constatation est la direction du jet, comme si il existait un prolapsus de la cusp coronaire droite, prolapsus qui ne parait pas évident en 2D.

Untitled from fish Nip on Vimeo.

Pourtant, en 3D, la cusp antero-droite est étirée, avec une espèce de fronce, qui désolidaride le mouvement de l’extremité de la cusp, du mouvement de la base, laissant ainsi un orfifice de fuite.

Avec la vision multiplan, on obtient la « clef » manquante, la coaptation de la valve aortique se fait queques millimetres plus haut que la plan dans l’anneau, dans les sinus de valsalvas. C’est le cas ici de la cusp antero gauche et de la postérieure, qui coaptent bien (cf cadre en bas à gauche). La cusp antero droite ferme sur le plan de l’anneau, un peu plus bas que les deux autres, créant donc un petit prolpasus, qui explique la direction du jet (cadre en haut à droite).

Untitled from fish Nip on Vimeo.

La fuite est cotée grade 3/4 avec les critères usuels. La planimétrie de l’orifice régurgitant en 3D est à 40 mm2.

Share

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *