Posts Tagged ‘echographie trans oesophagienne 3D’

Les QAV se rebiffent

3 janvier 2016

Un trèfle à quatre feuilles comme porte bonheur pour 2016 :

eto 3d from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Systole :

Diastole :

On parle beaucoup des Bicuspid Aortic Valve (BAV) et assez peu des Quadricuspid Aortic Valve (QAV), mais les QAV se rebiffent!
Pour faire des séries sur des pathologies rares, il y a la Mayo Clinic, dans cet article de Circulation.

Entre 1975 et 2014, 50 quadricuspidies ont été identifiées (soit 0,006%). (Ils ont tout de même trouvé le moyen de classer les 50 patients en 7 catégories…).
Une dilatation aortique a été trouvée chez 29% des patients, et 26% présentaient une valvulopathie aortique significative (92% de fuites, généralement modérées).
30% des patients avaient une autre anomalie congénitale associée.
Il n’y a eu aucune dissection ou endocardite sur le suivie moyen de 5,6 ans.
La survie est de 91.5% et 87.7% à 5 et 10 ans.

La QAV est donc rare (Le faux talbin, Messieurs, est un travail qui se fait dans le feutré.)
Elle est probablement un peu sous diagnostiquée car les complications qu’elle entraine, et en particulier les insuffisance aortiques, sont souvent moins sévères que la bicuspidie.

Bonne année 2016 à tous (il est encore temps), et en route pour une sixième année d’echocardioblog!

Share

3d, thrombose et autres volutes.

16 décembre 2015

Le cas précédent vous a probablement passionné, mais le timing n’était probablement pas le bon, les vacances approchent, les cadeaux…
Bref, il s’agit d’une thrombose de bio-prothèse, sans aucun élément anamnestique, clinique, écho ou biologique pour une endocardite.
Une des cusps est totalement immobile.
Le 3d permet de bien visualiser cela, avec pour débuter un contraste spontané majeur dans l’OG, qui génère des volutes de fumées dans l’OG. C’est la raison pour laquelle la vue en face ventriculaire est plus informative que la vue 3D « classique » face auriculaire :

3DQ from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

En baissant les gain et la compression on arrive à ça :

face Auri from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

En utilisant le « i-slice » qui permet de découper des petites tranches parallèles du volume 3d, on voit (sur l’écran en bas à droite) que la base de deux des cusps sont épaissies, avec des cusps ne s’ouvrant pas complétement :

islice from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Pour ceux que l’écho 3d intéresse, je vous recommande vivement d’aller vous balader sur ce nouveau lien : http://www.3dechows.com/imgallery.html

Pour contempler les volutes, je vous propose une petite bande son avec des vrais morceaux de Drucker dedans.

A bientôt!

Share

Mercedes Benz

11 décembre 2015

En France, on a tendance à considérer la plastie mitrale comme la Rolls de la chirurgie.

Dans l’insuffisance mitrale ischémique, et probablement dans l’insuffisance mitrale secondaire, les forces de traction sur les feuillets entrainent parfois cependant des récidives de fuites, comme vous l’avez certainement lu dans cet article du NEJM qui compare la plastie et la prothèse dans l’IM ischémique avec un suivie à 2 ans.
Évidemment les résultats des plasties dépendent beaucoup plus de la pertinence de l’indication et du talent du chirurgien que la pose de prothèses…

Bref, la prothèse n’est peut-être pas la Rolls, mais elle se positionne comme la Mercedes, pragmatique et résistante.
La vue en face ventriculaire d’une bioprothèse n’est d’ailleurs pas sans rappeler l’insigne Mercedes.
Que pensez vous qu’il soit arrivé à cette prothèse?

Face vent from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Share

Valve In Valve, la Lasagne de péricarde

27 mai 2015

Merci à tous pour vos réponses à ce cas clinique.
Il s’agit donc d’une dysfonction précoce de bioprothèse aortique, sans argument pour une endocardite.
La bioprothèse en question, comme l’avait suggére whiteshark, est une Mitroflow N°21, et ce papier paru dans Circulation n’a manifestement pas échappé à notre poisson des profondeurs : Early Structural Valve Deterioration of Mitroflow Aortic Bioprosthesis. Cette série retrouve un taux de dysfonction de prothèse plus élevé que précédemment publié pour les Mitroflow de petite taille, 19 et 21. Le mode de dysfonction est plus souvent la sténose, mais les déchirures de cusps et les prolapsus sont également rapportés.

Clément m’a vu venir, l’ETO 3d permet ici de préciser le mécanisme de la dysfonction, grâce à deux outils simples.

Le premier est un volume 3d couleur qui permet de s’assurer qu’il n’existe qu’un seul jet de fuite, excentré, probablement lié à un prolapsus :

100274779–1-IM 0008-results from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Le second est une découpe en tranches perpendiculaires au grand axe (vert) de l’aorte le volume aortique acquit en zoom 3d :

On obtient ainsi des coupes serrées au dessus (premiers carrés), sur le plan (carré bleu central) et en dessous (derniers carrés) du plan de l’anneau. Sur les trois dernières images du bas, alors qu’on est dans la chambre de chasse du VG, on retrouve la cusp non coronaire qui se balance, c’est donc bien elle qui prolabe sous le plan de fermeture des 2 autres :

ISLICE from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Ok, Ok, qu’elle que soit la cusp qui prolabe, la prothèse fuit et hémolyse, ce n’est donc pas d’une grande aide.

Sauf si on se veut, comme vous l’avez suggéré, poser un TAVI dans cette bioprothèse, pour éviter au patient un redux d’une chirurgie qu’il n’a pas eu le temps d’oublier…
En effet, ces outils de découpe permettent de mesurer un diamètre externe de prothèse et un diamètre interne. Le diamètre de la prothèse est mesuré à 21 mm, mais le diamètre interne de la prothèse est mesuré à 17 mm :

En se référant à la géniale application « valve in valve » les diamètres sont identiques :

Et de ce fait, voici ce qui est conseillé…

Marche arrière toute, pas de Lasagne au dîner, juste un peu de Fer au petit déjeuner et une NFS régulière…
Merci pour votre participation, je serais curieux de connaitre votre opinion et votre expérience sur ce type de cas?
A Bientôt,
Philippe

Share

Capitaine Caverne

21 septembre 2014

En sortant la sonde d’ETO, juste avant le dernier virage de l’aorte, alors que nous allions remercier le patient d’avoir choisi l’alliance skaïteam, voici ce que nous aperçûmes :

110421035–1-IM 0084-results from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Y avait-il un passage possible sous cette plaque?

110421035–1-IM 0085-results from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Vite, mes lunettes 3d!

110421035–1-IM 0087-results from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

C’est une véritable caverne, au pied de l’artère sous calvière gauche.

110421035–1-IM 0d087-results from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Pour la coronarographie prévue le lendemain, je me suis permis de suggérer un abord sous clavier droit, pour que le coronarographiste ne découvre pas le trésor caché dans ma caverne trop facilement.
Serait-il licite de faire une imagerie de l’arche aortique (ETO ou scanner) avant une coronarographie chez un patient très artéritique, pour éviter ça ou ça?

Share

Une autre masse dans un autre blog!

1 septembre 2014

Le hasard veut que le cas clinique 70 de l’excellent site de la société espagnole d’imagerie cardiaque soit un myxome, dont la représentation 3d en ETO est également très ressemblante!

El myxome :

Le thrombus :

Et ben c’est pas facile…

Share

Just another clot in the blog

1 septembre 2014

L’avantage du Télécran sur Google, Facebook et autre Twitter, c’est qu’on peut facilement effacer une image dérangeante, par une simple secousse.

C’est ce que nous avons fait au cas clinique du mois d’Aout, cette boule découverte à l’occasion d’un bilan d’AVC.
L’anapath n’a pas eu lieu, la chirurgie proposée a été refusée.
Cependant, quelques éléments nous ont orienté vers la thrombose. La FA bien-sûr, la dysfonction longitudinale du VG, la présence du thrombus dans l’artère pulmonaire, et une thrombocytémie (secondaire au syndrome inflammatoire ou primitive?). Un pet-scan a été réalisé, ne montrant aucune fixation. Les veines pulmonaires sont libres, l’implantation n’est pas typiquement celle d’un myxome. N’écoutant que notre courage, et n’ayant surtout aucune autre alternative, nous avons instauré un traitement anti-coagulant.

Les images suivantes ont été réalisées sans trucage.
Voici l’Artère Pulmonaire avant :

et après traitement :

Et la masse, avant :

et après :

Il s’agissait donc bien d’un thrombus.
Le « thrombus mimant un myxome » n’est en fait pas si rare que cela, en voilà un ici très ressemblant au notre (et en accès gratuit) et un autre là.
Avec les bons mots clefs (« left atrial mass: thrombus mimicking myxoma »), pubmed se montre même très loquace (qui a copier le titre du case-report de son camarde?).

Les discussions des deux articles sont intéressantes, et il est probable qu’en présence d’une FA valvulaire, avec une OG dilatée et du contraste spontané, l’hypothèse du thrombus ne doivent pas trop vite être écartée, même si l’aspect échographique est très inhabituel.
Pour terminer, je rejoins Clément et Nicolas, c’est toujours plus facile avec l’anapath!

Voici dans l’ordre le thrombus, un myxome et une tumeur pulmonaire avec invasion de l’OG par la veine pulmonaire supérieure gauche.

Le thrombus :

Nouveau projet from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Le myxome :

MYXOME from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

La tumeur maligne :

ADENOk og from fish Nip echocardiographie on Vimeo.

Et ben c’est pas facile…

Share

Just another brick in the blog (2)

19 août 2014

Dans l’épisode précédent, l’échographie se heurte à une boule bien inhabituelle.
Matt Murdock, alias Dardevil, n’est pas un super-héros comme les autres. Après un accident lié à une sur-irradiation, il devint aveugle et développa un sens surnaturel, celui de se déplacer à l’aide des ultrasons. C’est ainsi que, passant du scanner à l’échographie, il se balade dans la skyline new-yorkaise avec une aisance déconcertante.
Cependant, Matt Murdock connait ses limites, et se souvient qu’un bonne irradiation par scanner cardiaque, couplé à une IRM, reste une bonne méthode pour avancer des diagnostiques en attendant l’analyse anapath…

Nous avons donc suivi Dardevil. (en partie aussi parce que Batman est un peu plus difficile à suivre, et que les billets pour Gotham City sont plus chers qu’un Paris-NYC).

L’IRM avoue ne pas pouvoir trancher entre myxome et thrombus, voici une image arrêtée (sans grand interêt), coup de proton dans l’eau.

Le scanner est plus intéressant, on retrouve la masse appendue à la jonction mitro-aortique (interprétée « myxome »), loin de l’auricule, du SIA et des veines pulmonaires (Whiteshark, sacré briscard ;)) :

Mais il existe également un image de l’artère pulmonaire droite évoquant pour le radiologue un thrombus marginé, et donc une embolie pulmonaire semi-récente (totalement asymptomatique!)…

Sauras tu aider Matt Mudock à faire le diagnostic à la lueur de ces nouveaux examens?

Share

Just another brick in the blog

10 août 2014

C’était un mois d’aout, mais avec de la pluie dedans.
Une ETT retrouve (une fois n’est pas coutume…) une cause probable à un AVC ischémique, chez ce patient en FA permanente (non connue jusqu’alors, et de ce fait non anti-coagulée).

La vidéo suivante montre successivement (à l’aide d’un habile montage semi-professionnel) l’ETT, l’épreuve de contraste, l’ETT 2d et une acquisition 3D.

Votre mission, si vous l’acceptez, et de décrire la zone d’implantation de la masse et de vous risquer à avancer un diagnostic (tout est tentable, et personne ne regarde, c’est le mois d’Aout…).
Quelle conduite à tenir et/ou examens complémentaires?

Share

La quatrième dimension

1 mai 2014

Drôle d’image donc, que cette aorte quadrillée sur une acquisition tridimensionnelle, alors que la boucle 2D ne révèle qu’un athérome certes très épais, mais d’aspect finalement assez classique.
Cette image n’est ni le grillage d’une endoprothèse, ni le résultat (comme je l’ai cru également sur le coup) d’une irradiation. Il s’agit tout simplement d’un artefact.

L’angioscanner aortique le prouve, point de quadrillage, juste des plaques étagées :

L’apprentissage d’une nouvelle technique passe par la maitrise des artefacts liés à cette technique, c’est une évidence, et ce n’est pourtant pas si facile quand on a (comme moi) des connaissances minces sur les principes physiques qui permettent de générer ces images.

C’est tout l’intérêt de ce papier publié sur le site du JASE pour le numéro de mai 2014 : Artifacts in Three-Dimensional Transesophageal Echocardiography.

Les artefacts y sont recensés ainsi :
– Les artefacts de « reconstructions » liés à l’acquisition « full volume », qui correspond aux « marches d’escalier » du coroscanner. Ce sont des lignes de décalages entre les volumes acquis sur des battements successifs. Facile.

– Les artefacts « d’omissions » (dropout) sont plus tricky. Les parois les plus minces et les plus loin du capteur peuvent ne pas apparaitre sur l’image « vue en face ». Il faut alors, avant de conclure à une perforation, jouer sur les gains, pour faire réapparaitre la zone « omise » (typiquement le SIA, le fond des cusps aortiques…)

– Les artefacts de « flou » rendent certaines structures fines (rupture de cordages par ex) plus épaisse qu’en réalité.

– Les artéfacts « d’éblouissement » (blooming effect), les structures métalliques apparaissent plus épaisses et irrégulières.

– Les artéfacts en « rail de train » concernent les gros cathéters qui peuvent apparaitre en double.

– Les artefacts de réverbération donnent des images multiples de structures métalliques.

– Le cône d’ombre, existe évidemment en 3d.

OK. Super. Mais lequel de ces artefacts et responsable de ma fausse grillade aortique? Je ne sais pas. Je serais curieux d’avoir votre avis. En l’absence de proposition de votre part, je vous propose de l’appeler le « BBQ effect » et de l’imputer à une bascule brutale dans la quatrième dimension.

Share